#barbu, #MamanMTL, bonheur, cadeaux, en famille, enfants, espoir, extérieur de Montréal, famille, Lifestyle, maman, Maman MTL, Nadine Blanchette, papa, quarantaine, Rêver, routine, Travel, Uncategorized, Voyage Mamanmtl, Nadine Blanchette

LE DROIT DE RÊVER

 

 

Jeune nous rêvons à devenir princesse ou chasseur de dinosaures. Puis, on aspire à devenir une grande chirurgienne ou encore un policier. On rêve de trouver un petit ami, un futur mari et de fonder une famille. On rêve d’enfants et de famille.

Et ensuite, on rêve de profiter de notre vie et de jouer au golf à notre retraite ou de voyager. On rêve au moment des petits enfants et de pouvoir les gâter, sans la responsabilité de parents.

 

Mais, est-ce juste moi qui vois comme un grand écart ? On vit jeune dans les rêves, les souhaits et les objectifs. Puis, on tombe dans une vie de routine et de quotidien, et le prochain objectif ne serait atteignable que lors de notre soixantaine sonnée ?

Ce n’est pas réellement un constat, mais plutôt mon sentiment. Je me suis lancé comme entrepreneure à l’âge de 40 ans. Puis aujourd’hui, quelques années plus tard je continue à travailler à ce rêve que j’ai d’avoir une entreprise qui réussit bien. Je fais souvent fasse au jugement, ou aux questions. Pourquoi je risque autant pour un rêve ? Je devrais plutôt avoir un boulot stable, et plus standard et régulier. Pourquoi travailler si fort à un rêve, alors que je pourrais gagner bien plus si j’acceptais un retour sur le marché du travail. Pourquoi faire tous ces changements maintenant à ma vie ?

Tout simplement parce que je me donne le droit d’avoir des rêves et de travailler pour les réaliser. Et pourquoi je juge que c’est important ? Parce que je veux montrer à mes enfants que l’on a droit à ces rêves, ces objectifs et d’y mettre tout le temps et les efforts possibles pour les réaliser. Que lorsque j’ai de mauvaises semaines, des journées difficiles, que je tombe. Je ne baisse pas les bras, je fais que redoubler mes efforts et je prends d’autres moyens pour réussir.

Je ne cours pas après des licornes, pour l’amour du ciel ! Et encore moins après le pot d’or caché au bout de l’arc-en-ciel. Je rêve d’avoir mon entreprise à moi, qui me permet d’être présente pour mes enfants et optimiser mon temps avec eux. Mais j’ai aussi beaucoup d’autres aspirations et rêves. Comme celui de posséder un splendide dragon de jade aux ailes immenses pour voler sur son dos et allez au-delà des montagnes… BEN NON ! Je suis réaliste, mais je me dis que j’ai aussi droit d’avoir des rêves. Et ce, même si j’ai ma famille dont j’ai toujours rêvé. Un beau mari barbu qui est tout pour moi.

Pourquoi, mon prochain objectif serait uniquement à l’âge de la retraite ? J’ai l’impression que la société me juge que pour moi je vis encore avec des rêves et des objectifs. Peut-être est-ce réellement que ceci. Une impression que moi j’ai.

Mais, je rêve encore. Et mon mari rêve aussi avec moi. On a des plans, on a des objectifs. Que l’on parle de finir notre belle terrasse avec une pergola pour notre spa et une section surélevée de style lounge. (avec l’aide de professionnels, ici Krycee Design) Ou encore, de devenir propriétaire d’un condo au bord de la mer. Nous aimerions partager nos vies entre notre maison actuelle et ce petit pied-à-terre paradisiaque. Fou ? Pas normal d’avoir des rêves ainsi quand on est parents de jeunes enfants ? On se fait dire que nous devons être adultes et réalistes. Mais en fait, rêver est ce qui nous fait vivre et avancer. Rêver nous permet de montrer un bel exemple à nos enfants. Que nous avons droit à des rêves à tout âge. Et que si on y travaille on peut le réaliser.

Moi je dis que rêver c’est bon. J’ai 42 ans, je suis maman et bien mariée avec mon beau barbu d’amour, et mon rêve est de me payer pas juste des vacances en famille chaque année, mais de me payer un jour une paire de Jimmy Choo ! Parce que devenir parents ne signifie plus que notre vie s’arrête. Car pour moi, il n’y a rien de plus beau que mon garçon qui me dit que j’ai les yeux qui brillent d’étoiles quand je lui parle de mon entreprise. Ou ma fille, qui rit en nous voyant faire des plans de notre maison sur la plage.

Alors, je vous laisse j’ai des Jimmy Choo à trouver!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *